J'ai voulu travailler sur le thème de l'image de la femme dans le sport, car j'ai remarqué à travers ma propre histoire que beaucoup d'hommes osaient des mots très forts face à des vidéos que je postais sur les réseaux sociaux, lors de mes entraînements de boxe.
Partant sur la piste des « Mots anglais » de Mallarmé et du « théorème du point fixe », Brice Leboucq imagine un monde où des sons chinois et français pourraient signifier la même chose. On y rencontre François Truffaut, monsieur Stupor Mundi, de la crème Chantilly et quelques « shāmò » assoiffés.
Avant de designer des affiches, des pochettes de disques et des saucisses qui dansent, Camille Astié a écrit sur la mémétique, cette science obscure qui applique Darwin à la culture : « les mèmes seraient nos Dieux et nous serions leurs hôtes, des corps dévoués à leur accueil et leur transmission. » Faut-il résister aux mèmes ou les virusser ? Vous saurez tout en lisant « Mémorandum Mémétique », une fiction que son auteure vous présente.
Ami.e designer, architecte, urbaniste, tu rêves de savoir ce que pensent les usager.e.s de tes créations et propositions ? Arno Bertina, Mathieu Larnaudie et Oliver Rohe se sont plongés pendant quatre ans dans le célèbre quartier du Blosne à Rennes pour faire entendre la voix de celles et ceux qui n’ont pas voix au chapitre (inclus : les raisons d’un mutisme).
Le poème « Aus dem Moorboden » de Paul Celan illumine désormais sous forme de fresque un lieu public, à Paris, rue Tournefort. À lire : un texte du maître d’œuvre, l’artiste mural Giuseppe Caccavale. À écouter : une conversation entre Eric Celan, Bertrand Badiou et les élèves de l’ENS Ulm et des Arts Déco qui ont réalisé cette fresque.
Le « beau livre » est-il soluble dans l’epub ? Non, mais le contraire est vrai, si l’on pense et designe un ouvrage numérique qui offre un terrain de jeu à la « création distribuée ». Sous la houlette de Francesca Cozzolino et Lucile Haute, un objet multimédia d’un genre nouveau est né, qui a pour héros l’artiste-graphiste Pierre di Sciullo.
Plasticienne, chorégraphe et surtout styliste, Céline Shen s’intéresse à la vie historique, intime et fictive du vêtement. Nourries d’une éthique de la rencontre, ses créations partent du local et de la tradition pour s’ouvrir au cosmos : « L’aura est cette empreinte invisible, impalpable que porte en soi chaque vêtement. »
Peut-on « panser » avec Boris Vian ? Comment échanger ses microbiomes ? A quel rituel les patates sont-elles sensibles ? Cinq designers et sorcières ont concrétisé des projets qui nous reconnectent au vivant et en particulier autonomisent le corps féminin des diktats médicaux. Retour sur une série de rencontres qui donnera lieu à une exposition à la Villette.
Un « fanzine » à télécharger où se surimposent croquis personnels de maisonnées, pollutions publicitaires et textes théoriques ou de fictions. A la clé une question : comment se construisent et s’abîment nos regards ?
J'ai voulu travailler sur le thème de l'image de la femme dans le sport, car j'ai remarqué à travers ma propre histoire que beaucoup d'hommes osaient des mots très forts face à des vidéos que je postais sur les réseaux sociaux, lors de mes entraînements de boxe.
Partant sur la piste des « Mots anglais » de Mallarmé et du « théorème du point fixe », Brice Leboucq imagine un monde où des sons chinois et français pourraient signifier la même chose. On y rencontre François Truffaut, monsieur Stupor Mundi, de la crème Chantilly et quelques « shāmò » assoiffés.
Avant de designer des affiches, des pochettes de disques et des saucisses qui dansent, Camille Astié a écrit sur la mémétique, cette science obscure qui applique Darwin à la culture : « les mèmes seraient nos Dieux et nous serions leurs hôtes, des corps dévoués à leur accueil et leur transmission. » Faut-il résister aux mèmes ou les virusser ? Vous saurez tout en lisant « Mémorandum Mémétique », une fiction que son auteure vous présente.
Ami.e designer, architecte, urbaniste, tu rêves de savoir ce que pensent les usager.e.s de tes créations et propositions ? Arno Bertina, Mathieu Larnaudie et Oliver Rohe se sont plongés pendant quatre ans dans le célèbre quartier du Blosne à Rennes pour faire entendre la voix de celles et ceux qui n’ont pas voix au chapitre (inclus : les raisons d’un mutisme).
Le poème « Aus dem Moorboden » de Paul Celan illumine désormais sous forme de fresque un lieu public, à Paris, rue Tournefort. À lire : un texte du maître d’œuvre, l’artiste mural Giuseppe Caccavale. À écouter : une conversation entre Eric Celan, Bertrand Badiou et les élèves de l’ENS Ulm et des Arts Déco qui ont réalisé cette fresque.
Le « beau livre » est-il soluble dans l’epub ? Non, mais le contraire est vrai, si l’on pense et designe un ouvrage numérique qui offre un terrain de jeu à la « création distribuée ». Sous la houlette de Francesca Cozzolino et Lucile Haute, un objet multimédia d’un genre nouveau est né, qui a pour héros l’artiste-graphiste Pierre di Sciullo.
Plasticienne, chorégraphe et surtout styliste, Céline Shen s’intéresse à la vie historique, intime et fictive du vêtement. Nourries d’une éthique de la rencontre, ses créations partent du local et de la tradition pour s’ouvrir au cosmos : « L’aura est cette empreinte invisible, impalpable que porte en soi chaque vêtement. »
Peut-on « panser » avec Boris Vian ? Comment échanger ses microbiomes ? A quel rituel les patates sont-elles sensibles ? Cinq designers et sorcières ont concrétisé des projets qui nous reconnectent au vivant et en particulier autonomisent le corps féminin des diktats médicaux. Retour sur une série de rencontres qui donnera lieu à une exposition à la Villette.
Un « fanzine » à télécharger où se surimposent croquis personnels de maisonnées, pollutions publicitaires et textes théoriques ou de fictions. A la clé une question : comment se construisent et s’abîment nos regards ?